Publié par : coursgratuits34 | février 24, 2011

Soins infirmiers

Une infirmière (Anne Bell) s’occupant de deux soldats blessés lors de la guerre civile américaine.

Les soins infirmiers sont définis au sens large comme « une attention, une application envers quelqu’un ou quelque chose ». Le mot soin prend alors le sens de « moyens par lesquels on s’efforce de rendre la santé à un malade »[1].

Tels que définis par le Conseil international des infirmières[2], les soins infirmiers représentent les soins prodigués, de manière autonome ou en collaboration, aux individus de tous âges, aux familles, aux groupes et aux communautés – malades ou bien-portants – quel que soit le cadre.

Ils se focalisent sur la promotion de la santé, la prévention de la maladie, ainsi que les soins dispensés aux personnes malades, handicapées et mourantes. Ils englobent également la défense, la promotion d’un environnement sain, la recherche, la participation à l’élaboration de la politique de santé et à la gestion des systèmes de santé et des patients, ainsi que l’éducation à la santé.

Les soins infirmiers sont traditionnellement dispensés par les infirmiers et infirmières.

Par l’Organisation mondiale de la santé

« La mission des soins infirmiers dans la société est d’aider les individus, les familles et les groupes à déterminer et réaliser leur plein potentiel physique, mental et social et à y parvenir dans le contexte de l’environnement dans lequel ils vivent et travaillent, tout cela en respectant un code de déontologie très strict. Ceci exige que les infirmières apprennent et assurent des fonctions ayant trait au maintien et à la promotion de la santé aussi bien qu’à la prévention de la maladie.

Les soins infirmiers englobent également la planification et la mise en œuvre des soins curatifs et de réadaptation, et concernent les aspects physiques, mentaux et sociaux de la vie en ce qu’ils affectent la santé, la maladie, le handicap et la mort. Les infirmières permettent la participation active de l’individu, de sa famille et de ses amis, du groupe social et de la communauté, de façon appropriée dans tous les aspects des soins de santé, et encouragent ainsi l’indépendance et l’autodétermination. Les infirmières travaillent aussi comme partenaire des membres des autres professions impliquées dans la prestation des services de santé. »

Les soins infirmiers modernes

L’évolution des connaissances et des savoir-faire a permis de développer depuis la fin du XIXe siècle de nouvelles techniques d’exploration ou d’actions infirmières en parallèle de l’histoire de la médecine.

En France, vers 1871, peu de temps après les événements de la Commune de Paris, émergent les premières structures d’enseignement laïque et réglementé pour les soins infirmiers, sous l’impulsion du Docteur Désiré-Magloire Bourneville et d’une ordonnance du 28 octobre 1902 incitant les faculté de médecine à prendre en charge leur enseignement[18].

Le XXe siècle a vu le développement des études au sein de la profession infirmière qui ont servi de base à la diffusion des connaissances. L’apprentissage des connaissances et l’enseignement de la pratique, transmis traditionnellement oralement, se sont structurés sous forme de cours dispensés par des médecins ou des infirmières générales formatrices. C’est en 1922, en France, que les infirmières reçoivent pour la première fois un diplôme d’État. Les soins infirmiers d’alors revêtissent encore une vision sacerdotale, l’infirmière centre ses soins sur le malade, en simple exécutante, la science médicale est réservée au médecin.

Durant les temps de guerre (Première, guerre de Crimée et notamment Seconde Guerre mondiale), la pénurie de médecins voit conférer aux infirmières un glissement des actes ordinairement réservés aux praticiens médicaux. Les soins infirmiers appris et réalisés sont alors diversifiés aux actes invasifs et s’élargissent des simples soins de confort ou d’hygiène prodigués aux malades.

Dans les années 1960, les mouvement de libération de la femme permet aux infirmières, profession alors quasi-exclusivement féminine, de se libérer du carcan de simples exécutantes derrière l’homme/médecin. Les soins dispensés sont entrepris avec davantage d’autonomie, et s’élargissent vers certains processus de réflexion propre à l’infirmière. C’est ainsi que la mise en œuvre de toute intervention en soins infirmiers depuis les années 1960 est soumise à une démarche scientifique nommée processus de soins infirmiers ou encore démarche de soins infirmière.

Au fil du temps, la pensée infirmière s’est structurée sur la base de l’étude des faits (evidence based medicine). Aujourd’hui, le concept de soin infirmier trouve son fondement dans la pratique professionnelle d’une part et d’autre part, dans le cadre philosophique, les modèles conceptuels et théoriques infirmiers. Les soins infirmiers, dont la terminologie a été officiellement employée lors de la première session du Comité d’experts des soins infirmiers de l’OMS en 1950[19] et dont le premier code de déontologie est publié en 1953[20], tendent alors à s’ériger en une science. C’est en 1954 que Martha Rogers, alors jeune directrice du département Soins infirmiers au New York University College of Nursing, développa son propre programme de recherches et traita les soins infirmiers comme une science à part entière.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 42 followers

%d bloggers like this: